Enfance, art, modernite et postmodernite

Alain Kerlan, André D. Robert

Resumen


Cet article traite de la portée relationnelle, éducative, esthétique, «démocratique» de situations qui, tendant à se généraliser dans de nombreux pays, placent de plus en plus les enfants «auprès d’artistes» à l’occasion des résidences d’artistes installées dans des écoles ou dans des centres éducatifs. Il développe une double dimension, historique et philosophique. Le sens de Modernité et Post modernité est précisé. L’approche historique rappelle les étapes de la découverte d’un sentiment de l’enfance que le Moyen Age avait laissé se dissoudre (incidemment, l’art apparaît comme un des supports de cette découverte). Critiquant les positions post modernes des nouveaux sociologues de l’enfance, l’approche philosophique révèle –dans les situations esthétiques considérées– une tension entre la relation d’égal à égal enfant/artiste (illustration possible du principe post moderne de symétrie) et le maintien de la singularité de l’artiste adulte (condition de possibilité de l’éducation, au sens moderne). L’expérience de l’enfant «auprès d’artistes» porte une intéressante possibilité de création d’une nouvelle normativité (inhérente à l’œuvre en train de se faire).

 


 


Palabras clave


Enfance; Art; Expérience d’enfants auprès d’artistes; Modernité; Post modernité

Texto completo:

PDF (Français (Canada))

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.




ISSN: 1989-9289

DOI prefix: http://dx.doi.org/10.14516/fdp